L'automobile semble être un secteur assez calme du marketing mobile et pourtant, non seulement, c'est l'un de ceux qui a le plus de potentiel et aussi l'un de ceux qui se portent le mieux dès aujourd'hui. Comme quoi, il n'est pas toujours nécessaire de faire la une des journaux pour réussir.

Dans les conférences, on a longtemps parlé de Foursquare et des dix start ups françaises qui l'ont copié.  Aujourd'hui, elles sont presque toutes mortes ou ont changé de business model.

On parle beaucoup de la réalité augmentée, mais à part dans certains secteurs, elle ne sert pas beaucoup les entreprises. On parle beaucoup du débat application contre version mobile de site web.

Mais on ne parle pas ou presque pas de l'automobile connectée.

Et pourtant, c'est peut-être l'un des domaines qui a le plus de potentiel.

Pour une raison toute simple: 6 lettres en commun entre le secteur de l'auto "mobile" et le marketing "mobile". Même si l'on utilise son smartphone souvent en situation d'immobilité (maison, travail...) on l'utilise aussi beaucoup lorsque l'on se déplace: il suffit d'observer les usagers du métro et du bus dont un sur deux sont scotchés sur leur smartphone, pour s'en convaincre. Imaginons que les constructeurs automobiles adoptent un modèle à la Nintendo: subventionner les terminaux internet des automobiles pour se rattraper sur la vente de services et d'applications: GPS, tourisme... on entrevoit le formidable potentiel commercial qu'il y a derrière. Les constructeurs pourraient générer de nouveaux revenus récurrents après la vente de la voiture, même auprès de ceux qui n'achètent jamais de véhicules neufs.

Il est donc possible que le marketing mobile refonde le business model des constructeurs comme le smartphone et les stores ont ébranlé les modèles d'affaires des opérateurs télécom. Si, comme le pense l'auteur de cet article, l'avenir de l'automobile est au service, c'est par des terminaux embarqués que ces services seront vendus. Compte tenu du niveau d'équipements des chinois, il y a fort à parier, même que ce sera en Chine que la révolution de auto mobile de nouvelle génération démarrera, même si elle a déjà démarré en douceur en Europe où des milliers de clients acceptent déjà de payer des centaines d'euros pour télécharger une application Gps Tom Tom sur leur smartphone pour remplacer leur traditionnel GPS. D'ailleurs, cet usage particulier impacte le marché des smartphones car il faut un grand écran pour que l'application donne tout son potentiel.

On peut aussi imaginer que les constructeurs utilisent leur base d'applications connectées pour générer des ventes qui leur échappent en partie: le vente de pièces détachées.

Cela signifie concrètement une menace pour les pures players. A moins que ce soit une opportunité. Si Citroën lance une application d'assistance intelligente à l'automobiliste qui le coache dans ses opérations d'entretien, de réparation ou d'amélioration de son automobile, c'est une formidable opportunité pour fidéliser les clients, développer des sources de revenus récurrents et augmenter de 10% à 50% leur revenu moyen par personne.

Mais les constructeurs ne sont pas réputés pour être spécialement offensifs sur internet, il est possible que les pure players aient le champs libre. Imaginons que ce soit Oscaro, le spécialiste de la pièce détachées qui lance une application, qu'il distribue gratuitement à tous ses clients. Il connait le modèle et l'année de leur véhicule par définition car chaque pièce est associée à un modèle et une année. Cela permet à Oscaro de disposer d'un fichier client très précieux. La future application Oscaro pourrait tout d'abord aider les mobinautes à installer leur pièces détachés en les aidant à chaque étape avec des schémas, des vidéos et pourquoi par des conseils intelligents. L'application pourrait ensuite leur envoyer des alertes au moment où il est recommandé de changer certaines pièces. A commencer par la pièce qu'ils ont commandé chez Oscaro. Cela serait possible à condition qu'Oscaro dispose d'informations de bases sur l'usage de chaque client de sa voiture. On entrevoit le potentiel commercial derrière cette application qu'Oscaro n'est pas le seul à pouvoir lancer.Des acteurs de niche comme Oxyo Pneus, spécialiste de la vente pneus en ligne (du pneu 1er prix au plus cher du pneu pour 4x4).

Contenus connexes

Raphael Richard

Raphaël Richard, spécialiste en référencement naturel, marketing à la performance et eréputation.

Créateur du site

Tribune Libre

Offre d'emploi

L'agence de référencement publie actuellement une offre d'emploi référencement. Passionné à des moteurs de recherche et du SEO, connectez-vous.

eXTReMe Tracker