Google a commandé une étude à un institut examinant les outils utilisés par les internautes pour découvrir les applications. L'étude est orientée, puisque commandée par Google, grand vendeur de publicité pour... application, mais renvoient à des réalités intéressantes.

Pour relativiser les chiffres de l'étude, il faut bien comprendre la méthodologie utilisée par l'auteur de l'étude IPSOS MediACT: un panel de 8000 utilisateurs a été interrogés et des questions ont été posées.

Cela induit plusieurs biais:

- les statistiques qui en résultent, reflètent les comportements que les utilisateurs pensent adopter et ne reflètent qu'en partie ce qu'ils font réellement. Par exemple, l'étude IPSOS MediACT indique que les mobinautes affirment avoir 36 applications installées sur son smartphone alors que d'autres d'études qui comptent elles-mêmes le nombre d'applications en dénombre la plupart du temps plus de 100, ce qui est cohérent avec le fait que sur la plupart des smartphones sont livrés avec plus de 30 applications installées avant même que le mobinaute ne commence à en télécharger de nouvelles.

- les études fonctionnent la plupart du temps sur un système de questions fermées à choix multiples: si les auteurs de l'étude ont envie de pousser une théorie, ils peuvent mettre en avant certains éléments et en oublier d'autres. Par ailleurs, abstraction faite de toute subjectivité, la qualité de l'étude dépend de la finesse des connaissances des auteurs de l'étude qui élaborent les questionnaires. Dans cette étude commandé par le leader de la publicité mobile (Google), l'une des conclusions semble avoir été écrite avant la réalisation de l'étude: il est important d'avoir une présence globale "Maximize your online presence to aid app discovery ...Online ads such as mobile app, install campaigns,  across search, display, and video offer a way to promote apps..." Comment n te pas reconnaître l'offre transversale de publicité mobile de Google ?

- le panel est un panel d'internautes américains qui ont autant de doigts, de neurones et d'yeux que les européens, mais n'adoptent pas nécessairement les mêmes comportements.

Ceci étant posé, plusieurs points importants émergent:

1°) Les utilisateurs recourraient dans 27% des cas à des recherches dans les moteurs traditionnels pour trouver une application

Le référencement naturel et payant dans les moteurs de recherche traditionnel semblent donc devoir être intégrés dans les stratégies de promotion

2°) 50% des applications seraient recommandées par des proches

Conséquence: la qualité et la valeur ajouté des applications joue un rôle crucial dans les stratégies de promotion

3°) 24% des mobinautes téléchargeraient des applications à partir du site de la marque

Il semble prioritaire de vérifier que le dispositif d'autopromotion est optimal avant de lancer des campagnes ou des actions d'App Store Optimization, en particulier, si le site de l'éditeur de l'application enregistre un for trafic.

4°) 22% des mobinautes découvriraient des applications à la télévision

Vu le faible nombre de campagnes en Europe pour des applications, il est probable que ce résultat de l'étude qui s'intéresse aux comportement des mobinautes américains, ne soit pas transposable en France.

5°) 40% des mobinautes découvriraient des applications via les App Stores

Cela confirme la nécessité de préparer son inscription et surtout d'investir dans l'App Store Optimization.

Par incidence, le recours à des campagnes adwords




Contenus connexes

Raphael Richard

Raphaël Richard, spécialiste en référencement naturel, marketing à la performance et eréputation.

Créateur du site

Tribune Libre

Offre d'emploi

L'agence de référencement publie actuellement une offre d'emploi référencement. Passionné à des moteurs de recherche et du SEO, connectez-vous.

eXTReMe Tracker