Malgré la multiplication des applications mobiles des sociétés d’assurances, on constate un faible taux d’adoption de celles-ci de la part des consommateurs. Ainsi, que doivent apporter les applications mobiles aux utilisateurs ? Une étude Forrester a déterminé trois  éléments qui doivent composer l’application mobile : immédiateté, simplicité, et contextualité.

Pour les assurances cela signifie qu’elles doivent offrir : immédiateté d’accès en cas de sinistres, par exemple quand un accident arrive; la simplicité de navigation en quelques clics, par exemple remplir un formulaire de déclaration facilement via son smartphone, localisation et possibilité de transmettre des photos de l’accident; et contextualité, c'est-à-dire donner la possibilité de contacts rapide avec un interlocuteur quand un évènement inattendu arrive.

 Cependant, il reste une problématique majeure : Les consommateurs sont-ils enclins à télécharger une application pour un évènement qui ne se produira peut être jamais. On peut relever plusieurs freins à l’adoption des applications mobiles des assurances : Les consommateurs éprouvent de l’intérêt pour les applications mobiles mais leur adoption est faible. En France, les téléchargements des applications mobiles des assureurs ne dépasseraient pas le cap des 100.000, soit seulement 1% des adultes qui possèdent un mobile déclarent utiliser une application mobile d’assurance et enfin 15% d’entre eux éprouvent de l’intérêt dans l’utilité celles-ci.

En France, au 3ème trimestre 2013, 18% des sondées de l’étude Médiamétrie utilisent régulièrement leur application mobile bancaire. Les perspectives d’avenir des applications mobiles se tournent vers les jeunes générations, qui seraient plus enclintes à adopter les applications mobiles d’assurances. La génération Y est la plus concernée par cette tendance, hyper connectée, elle est avide de nouveautés digitales. Elle voit le mobile comme une extension logique des réseaux de distributions traditionnels, et ils attendent de celles-ci la possibilité de communiquer facilement et être en contact rapidement avec leur assureur.

Les tablettes sont un nouveau défi pour les assurances. Selon Forrester forecasts, presque 8 millions de Foyers sont équipés de tablette tactile à fin 2013, et l’on prévoit une augmentation de 30% d’ici à 2016, les opportunités sont immenses. La popularité des tablettes tactiles donnent d’infinies possibilités pour trouver de nouveaux moyens afin d’engager les consommateurs. Par exemple, Banque Accord spécialiste du prêt, du regroupement de crédit mais aussi des assurances, à lancé une application "AccorAvenir" qui permet d'accéder à distance aux informations essentielles du contrat d'assurance des clients et suivre  son évolution d’une façon sécurisée 24h/24, la composition du portefeuille, sa répartition et le détail par support, ainsi que l’historique des opérations effectuées depuis l’adhésion.
Au final, les applications mobiles des assurances ne révolutionnent pas les usages. L’enjeu réside dans le fait d’apporter une expérience mobile pertinente. Il est vrai que parler d’assurances emprunteur, assurance crédit immobilier ou assurance de prêt comme chez As du Grand Lyon semble difficile à appliquer à une application mobile. Cependant la Maaf propose via son application mobile, d’être informé des taux de pollution en France en temps réel et géolocalisé.

Contenus connexes

Raphael Richard

Raphaël Richard, spécialiste en référencement naturel, marketing à la performance et eréputation.

Créateur du site

Tribune Libre

Offre d'emploi

L'agence de référencement publie actuellement une offre d'emploi référencement. Passionné à des moteurs de recherche et du SEO, connectez-vous.

eXTReMe Tracker